Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

24 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > KODOCK, Augustin-Frédéric Bayiha

KODOCK, Augustin-Frédéric Bayiha

mardi 26 juin 2012

KODOCK, Augustin-Frédéric Bayiha

1933- administrateur civil principal, personnalité politique, ancien Ministre d’Etat.

Né d’une famille paysanne le 1er mars 1933 à Mom dans l’arrondissement de Makak, il fait ses études primaires à Ilanga et ses études secondaires au collège de Nkongsamba, puis au Lycée Général Leclerc de Yaoundé, où il obtient le Baccalauréat en Philosophie en 1955. Il poursuit ses études supérieures à l’Université de Toulouse en France, où il obtient une Licence en Sciences économiques et un diplôme en Sciences politiques. Nanti de ces diplômes, il continue ses études à l’ENA de Paris, d’où il sort diplôme en 1961. Parallèlement, Kodock poursuit les études d’économie, obtenant ainsi le titre de docteur d’Etat en Sciences économiques.

De retour au pays, il occupe d’abord le poste de Directeur Adjoint des Affaires Economiques au Ministère de l’Economie Nationale avant d’être nommé Directeur des Relations Economiques Extérieures au même ministère le 28 décembre 1961. Puis le 25 avril 1962, il devient Directeur de l’Orientation Economique au ministère de l’Economie Nationale. Et le 1er juillet 1964, il est nommé Secrétaire d’Etat aux finances dans le gouvernement du Cameroun Oriental, un poste qu’il conserve lors du remaniement ministériel du 19 juin 1965. Dès le 22 mars 1966, il occupe les fonctions de Directeur des Etudes et des Affaires Contentieuses au Ministère délégué à la Présidence, chargé de l’Administration Territoriale et de la Fonction Publique fédérale. Puis en 1968, Augustin Frédéric Kodock est détaché auprès de la Banque Africaine de Développement. Il passera onze ans à la BAD, gravissant les étapes de la hiérarchie jusqu’au poste de Directeur Adjoint. Après son retour au pays, Kodock est nommé Conseiller Technique au Ministère des Finances le 24 août 1983. Le 15 mai 1984, il devient PDG de Cameroon Airlines, le dernier poste qu’il occupe avant d’être admis à faire valoir ses droits à la retraite en 1990.

Cependant, le multipartisme naissant des années 91 allait remettre cet Administrateur civil principal sur orbite. En effet, M. Kodock est SG de l’UPC dès le début du multipartisme. Aux élections législatives du 1er mars 1992, il est élu député du Nyong-et-Kelle, après réussi à y faire participer son parti. Il sera, par ailleurs, élu président du groupe parlementaire de l’UPC à l’Assemblée Nationale. Aux élections présidentielles anticipées du 11 octobre 1992, Kodock s’engage aux primaires contre Henri HOGBE NLEND pour l’investiture de son parti. L’enjeu est considérable ; et bien que HOGBE NLEND soit finalement investi par l’UPC, il sera mis hors-course par la loi électorale exigeant à tout candidat une période de séjour d’au moins 12 mois passés au Cameroun. Face à cette impossibilité de pouvoir présenter un candidat, l’UPC se désintègre : HOGBE NLEND et ses partisans se rallient à l’UNDP de Bello Bouba Maigari, Kodock et les siens s’alignent derrière le RDPC de Paul Biya, tandis qu’une autre faction de l’UPC s’engage dans un front commun avec le SDF de john Fru Ndi.

Suite à la victoire du candidat Paul Biya à ces élections, Augustin Frédéric Kodock est nommé Ministre d’Etat chargé du Plan et de l’Aménagement du Territoire le 27 novembre 1992. Puis du 21 juillet 1994 au 7 décembre 1997, il est Ministre d’Etat chargé de l’Agriculture. Aux élections législatives de mai 1997 et de juin 2002, il est réélu député du Nyong-et-Kelle. Du 24 août 2002 au 08 décembre 2004, il est à nouveau Ministre d’Etat chargé de l’Agriculture. Et du 08 décembre 2004 au 7 septembre 2007, il est Ministre d’Etat, chargé de la Planification, de la Programmation, du Développement et de l’Aménagement Territoriale.