Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

30 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > La deuxième section du cadre des (...)

La deuxième section du cadre des généraux

mardi 15 mars 2011

D’après le statut des généraux, quand un général n’a plus un travail dans les forces armées, il n’est pas à la retraite. Il est admis à la deuxième section. Cela signifie que même n’ayant pas de fonction et étant chez lui, il est mobilisable. On peut également le consulter. Le général peut etre mis en retraite, en cas de maladie ou de raisons disciplinaires.
Le statut des généraux a laissé au président de la République la discrétion de garder un général en fonction ou non. les officiers généraux sont répartis en deux sections.

La première section comprend les officiers généraux en activité, en position de détachement, en non-activité et hors cadre, c’est à dire placés dans l’une des quatre positions statutaires.

La deuxième section se définit par opposition à la première. Elle comprend les officiers généraux qui, n’appartenant pas à la première section, sont maintenus à la disposition du Président de la République. Celui-ci peut les employer en fonction des nécessités de l’encadrement et dans ce cas, l’officier général est replacé en première section pour une durée déterminée. la deuxième section des officiers généraux est une institution qui remonte à 1830 en France. Versés dans le cadre de réserve sans limite d’âge et sans limitation de nombre, ces officiers généraux demeurent théoriquement à la disposition du ministre de la défense en et du Président de la République au Cameroun. Au delà du vivier de compétences qu’elle constitue, la deuxième section se justifie essentiellement par la possibilité qu’elle offre d’accorder une reconnaissance à certains officiers.