Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

25 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Saïdou NDerdaï Ndjida : Travaux (...)

Saïdou NDerdaï Ndjida : Travaux d’Hercule

jeudi 3 janvier 2013


Les participants aux fréquentes réunions sur l’entretien routier dans la partie septentrionale du pays sont les témoins permanents des coups de gueule de cet homme au physique de boxeur poids lourd qui tonne plus qu’il ne parle. Intarissable sur un sujet qui le passionne visiblement : les travaux publics. Il y est pourtant entré en empruntant les chemins de traverse. Car Saïdou Nderdaï est un ancien douanier devenu directeur général de la société de bâtiments et travaux publics Sodencam et président de l’Association des entrepreneurs du Grand-Nord.

Curieux destin que celui de ce natif de Gawar à 36 kilomètres de Mokolo qui fort de sa parenté avec Germaine Ahidjo avait ses entrées au Palais en son temps et qui a dû attendre plus d’une décennie après le changement de régime pour croiser la roue de la fortune. Certes, pendant la première République, Saïdou Nderdaï n’était pas un modèle de travailleur. Le meilleur indicateur de son dilettantisme est sa scolarité laborieuse. Le cœur n’y est pas. Il décide d’ailleurs de tout arrêter en classe de première. Puis il est recruté à l’Assemblée nationale. Mais au fond pour lui, c’est davantage un passe-temps qu’un gagne-pain.

Sans doute à cause du changement de pensionnaire du palais de l’Unité Saïdou sent confusément qu’il doit s’accrocher à quelque chose de plus solide. Il affronte donc avec succès le concours des douanes en 1983. lI s’applique désormais tant et si bien qu’il termine major de sa promotion. Sur le terrain, il va prendre du galon. Ses épaulettes sont donc celles d’un brigadier lorsqu’il demande et obtient le départ volontaire de la Fonction publique en 1995 dans le wagon des « déflatés ».

A nouveau libre de tout mouvement, il tente quelques aventures en Europe puis en Afrique du Sud. De retour au pays, il a le vague à l’âme lorsque survient le déclic : les marchés. Saïdou Nderdaï flaire le bon coup avec le Projet de développement de la région des Monts Mandaras (Pdrm) qui finance la réalisation des infrastructures routières, scolaires et sanitaires. Grâce aux provisions de la Banque africaine de développement et de l’Union européenne, le Pdrm paie vite et bien. Le jeune entrepreneur se trouve ainsi mis sur orbite en cette année 1999. Depuis, il réussit toujours à s’adjuger quelques lots dans l’enveloppe des marchés du ministère des Travaux publics dans le septentrion. Pour le plus grand bonheur de son épouse Hawoua et leurs six enfants mais aussi pour la centaine d’employés qui émargent à la Sodencam lorsque les chantiers tournent à plein régime.

Cette entreprise sans être parmi les mauvais élèves n’est évidemment pas totalement exempte du déluge de critique qui submerge les attributaires de marché d’entretien routier lesquels brillent par les abandons de chantier, les travaux mal exécutés. Il n’en faut pas plus pour entendre tonner le président des entrepreneurs s’attelant à démontrer que dans l’affaire des responsabilités sont partagées avec l’administration et les missions de contrôle.

Bienvenue a l’extrême-Nord

Radioscopie d’une province et de ses personnalités incontournables

Aimé Robert BIHINA

Eric Benjamin LAMERE