Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

18 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Marcel Rodo, La troisième voix (...)

Marcel Rodo, La troisième voix cherche sa (...)

vendredi 4 janvier 2013


C’est au mois de septembre 2003 que Marcel Rodo décide se rappeler au bon souvenir des Camerounais. Le débat passionné et passionnant qui a cours entre les mémorandistes du Grand-Nord et les responsables locaux du parti au pouvoir lui en donne l’occasion. Décidé à mettre dos à dos les deux camps, ce membre du comité central du Rdpc depuis 1997 commet en août 2003 un opuscule dans lequel il propose rien moins qu’une troisième voix. « Face à cette cacophonie des sirènes manifaissantes la troisième voix, socle du Rdpc a émergé écrit-il. Cette voix refuse le désordre, l’amateurisme politique et le chantage. Elle considère que les problèmes du Grand-Nord sont ceux du Cameroun et ouvre un débat en faisant une place pour une expression libre et entretenue afin d’exprimer des revendications collectives et positives. Cette voix se caractérise par son comportement médiat, sa modération et sa lucidité.” Pour mieux faire comprendre cette fameuse troisième voix, cet inspecteur des impôts de formation de 58 ans se lance dans une vaste tournée d’explication dans les trois provinces septentrionales avec comme menu principal une conférence de presse dans chaque chef-lieu desdites provinces. Alors que l’on s’attend à suivre un discours et un comportement « médian, modéré et lucide” comme il le clame lui-même, l’ancien directeur général de l’Imprimerie nationale s’est plutôt lancé dans une violente diatribe contre, et ses camarades de parti, et les opposants... dans un langage où l’injure la plus abjecte le disputait à la trivialité la plus sommaire, la mauvaise foi aux contre-vérité et autres contradictions les plus surprenantes pour quelqu’un qui revendique un Dea en politique et programmation du développement obtenu en 1976. Conférence de presse surréaliste au cours de laquelle le journaliste osant la moindre question embarrassante se ramassait une véritable volée de bois vert.

C’est que, l’actuel chef de service de la sécurité des véhicules au ministère des Transports tient absolument à retrouver les devants de la scène. Pour y parvenir, il n’hésite pas, de façon cynique, à instrumentaliser certains clivages socio ethniques. Qui ne prospèrent heureusement pas.

Bienvenue a l’extrême-Nord

Radioscopie d’une province et de ses personnalités incontournables

Aimé Robert BIHINA

Eric Benjamin LAMERE