Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

29 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Portugal : Cavaco Silva réélu président

Portugal : Cavaco Silva réélu président dès le (...)

lundi 24 janvier 2011

Anibal Cavaco Silva a été réélu dimanche 23 janvier président du Portugal au premier tour du scrutin présidentiel avec plus de 53%. Son adversaire Manuel Alegre, soutenu par les socialistes et les partis de gauche, a obtenu un peu moins de 20%. Le taux d’abstention dépasse les 53%, ce qui est un record pour une élection présidentielle depuis des décennies.
La réélection d’Anibal Cavaco Silva était prévisible. Largement favori dans les sondages qui l’ont crédité jusqu’à 61% des voix pendant la campagne, cet économiste de 71 ans a su convaincre un électoral inquiet en raison de la crise économique que traverse le Portugal.

Le président réélu s’est positionné au-dessus des partis, garant des institutions, et comme le seul capable de redresser la situation. Malgré des soupçons de corruption passive qui ont pesé sur le président pendant la campagne, sa cote de popularité n’a pas été entamée. Au passage le chef de l’Etat réélu confirme la tradition portugaise vérifiée depuis l’instauration de la démocratie en 1974 d’un second mandat pour les chefs de l’Etat et d’une réélection au premeir tour.

Ses adversaires ont espéré jusqu’au bout le contraindre à un second tour. Manuel Alegre le candidat socialiste et de l’extrême gauche a finalement obtenu le score qu’on lui prédisait de près de 20% de l’électorat. Parmi les surprises, le bon résultat d’un indépendant, le médecin Fernando Nobre, président de l’ONG Assistance médicale internationale qui a mené campagne sans base partisane.

La mauvaise surprise vient de l’abstention, plus élevée que prévue, et un électeur sur deux n’est pas allé voter. Cavaco Silva qui s’apprête à entamer une seconde cohabitation avec le gouvernement socialiste minoritaire de Jose Socrates devra en tenir compte. Son deuxième mandat s’annonce beaucoup plus politique.