Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

18 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Mahamadou Issoufou

Mahamadou Issoufou

samedi 29 janvier 2011

Mahamadou Issoufou est né en 1952 à Dandadji dans la région de Tahoua. Il appartient à l’ethnie haoussa|Hausa. Ingénieur des mines, il fût Directeur National des Mines au Ministère des Mines et de l’Energie de 1980 à 1985, puis Directeur d’Exploitation de la mine d’Arlit ensuite Secrétaire Général de la Société des mines de l’Aïr (SOMAIR), jusqu’en 1991, avant de démissionner et d’entamer une brillante carrière politique.
A la faveur des mouvements démocratiques des années 90, il crée, avec plusieurs de ses anciens compagnons des mouvements estudiantins, notamment de lycée, le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Taraya), d’obédience socialiste.

Il a pris part à toutes les élections présidentielles organisées au Niger depuis l’avènement de la démocratie pluraliste au sortir de la conférence nationale souveraine de 1992.
Troisième après Mamadou Tandja et Mahamane Ousmane aux élections de 1992, son parti a créé, avec la CDS et l’ANDP de Moumouni Djermakoye Adamou, un regroupement dénommé alliance des forces du changement ayant permis l’élection au second tour de Mahamane Ousmane face à Mamadou Tandja en 1994.

Nommé premier ministre, très vite des dissensions apparaissent et l’alliance vole en éclats à la suite de sa démission en 1995. De nouvelles élections législatives anticipées le ramènent au poste de président de l’assemblée nationale jusqu’en janvier 1996 avec l’irruption sur la scène politique des militaires conduits par Ibrahim Mainassara Barré.

Avec l’élection de Mamadou Tandja qui le bat au deuxième tour des élections présidentielles en 1999, il rentre dans l’opposition et occupe un poste de député jusqu’à la dissolution par le président Tandja de l’assemblée nationale en 2009.