Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

41 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > HISTOIRE DE L’ARTICLE 37 DE LA (...)

HISTOIRE DE L’ARTICLE 37 DE LA CONSTITUTION DU (...)

samedi 1er novembre 2014

La modification de l’article 37 de la Constitution, qui limite actuellement à deux le nombre de mandats présidentiels a renversé le Président Blaise Compaoré.
À Ouagadougou, on ne parle que de cela depuis des années : l’article 37 de la Constitution du 11 avril 2000, qui stipule que "le Président du Faso est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, égal et secret" et qu’il est "rééligible une fois". Cette limitation du nombre de mandats présidentiels interdit, en l’état le Président de la République du Faso, à se représenter à la prochaine élection de 2015. Mais depuis plusieurs années, certains de ses partisans qui souhaitent qu’il poursuive sa mission à la tête du pays appelaient à la modification de cet article. L’opposition, elle, ne voulant pas en entendre parler a appelé à descendre dans la rue. Retour sur l’histoire agitée d’un article controversé.
1991. Sept ans renouvelables une fois.
Depuis sa prise de pouvoir en octobre 1987, Blaise Compaoré dirige le pays en dehors de tout cadre juridique. En 1991, Compaoré convoque une commission pour élaborer une Constitution. Le nombre de mandats reste limité à deux, mais sa durée passe à sept ans. La Constitution est approuvée par référendum le 2 juin.
1997. Sept ans sans limitation.
Sans crier gare, un an avant l’élection présidentielle, le gouvernement modifie l’article 37, en janvier 1997. "Une fois" disparaît après "renouvelable" : le nombre de mandats n’est plus limité. L’opposition enrage, mais n’a à l’époque aucune marge de manœuvre. 2000. Cinq ans renouvelables une fois.
Un an plus tard, le journaliste Norbert Zongo, qui enquêtait sur le clan présidentiel, est assassiné. Le Burkina s’enflamme, les manifestations se multiplient, le régime Compaoré vacille. Pour calmer les esprits, le gouvernement revient sur l’article 37 en 2000. Non seulement, le nombre de mandats est à nouveau limité à deux, mais leur durée descend à cinq ans. Arguant du caractère non rétroactif de cette nouvelle Constitution, Compaoré, déjà élu en 1991 et en 1998, se représente avec succès en 2005 et en 2010.
2014. La goutte d’eau qui déborde le vase
Avant même l’élection de 2010, l’entourage de Compaoré prône la fin de la limitation du nombre de mandats présidentiels. Son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), la juge "anti-démocratique". En 2011, après son élection, le président convoque une commission pour réfléchir aux réformes politiques et institutionnelles (le Conseil consultatif sur les réformes politiques, CCRP).
Celle-ci, boycottée par une partie de l’opposition, s’entend sur la création d’un Sénat, mais pas sur une modification de l’article 37. Le projet est un temps mis de côté. Mais en décembre 2013, Compaoré annonce, à l’occasion de la fête nationale, que cet article pourrait une nouvelle fois être modifié si les Burkinabé le décident par voie référendaire.
La suite de l’histoire s’écrit en ce moment au Burkina Faso