Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

33 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > BATSCHENGA en bref

BATSCHENGA en bref

jeudi 3 février 2011

BATSCHENGA
Histoire et toponymie
Le destin de Batschenga semble intimement lié à l’eau et aux ressources qu’elle renferme. De nombreuses références historiques sont liées à l’eau. Même si l’agriculture demeure la première activité, loin devant la pêche pratiquée surtout par des ressortissants Maliens et Nigérians. Il se raconte que c’est en remontant le cours du fleuve Sanaga à la recherche des sources, que l’Allemand Nachtigal découvrit le site abritant les fameuses chutes qui portent son nom.
Littéralement abasourdi par le spectacle féerique, il ne manqua pas, jusqu’à la fin de ses jours, de magnifier ce trésor de la nature. Quelques années plus tard, son compatriote Major Dominik, lors de ses pérégrinations en 1922, fit la rencontre du patriarche Ateba Ledzoa en pleine partie de pêche. Piqué par la curiosité, l’Allemand se renseigna sur la nature des poissons pêchés. « Be-Tseng », répondit le vieux. Ce qui signifie « des petits poissons très huileux » en langue Sanaga. Cette expression fort imagée, deviendra par la suite Batschenga, le nom actuel de la localité.

Comment s’y rendre

• De Yaoundé : ancienne SHO à côté du Parc Repiquet, par car sur route goudronnée
• D’Obala : gare routière, par moto sur route non goudronnée
• Coût du transport : 1000 F à partir de Yaoundé et 500 F à partir d’Obala.
• Durée globale du trajet : 1 h 45 mn
• Longueur du trajet : 62 km
• Hébergement : trois auberges à 5000 F la nuitée.

Repères

-  District crée le 02 septembre 1992 par décret président

-  Population : 15 000 habitants

-  Superficie : 216 km²

-  Principales ethnies : Batschenga et Benyagda

Traversée par la Nationale N°1, la localité de Batschenga a eu par le passé, ses années de gloire et joué un rôle de pionnier dans de nombreux domaines. Ici, la colonisation a laissé des traces encore visibles. Introduite dès le début du siècle dernier, la culture et le conditionnement du tabac, a attiré pendant des décennies, beaucoup d’étrangers venus chercher fortune. La fermeture des installations de la société camerounaise de tabac (STC) a plongé la localité dans un profond désarroi. En l’absence d’autres activités génératrices de revenus, les populations qui se consacrent pour l’essentiel à l’agriculture, fondent beaucoup d’espoir sur le bitumage de la route Obala-Nkoteng et la construction du barrage hydroélectrique de Natchigal sur la Sanaga.

Situé à 62 kilomètres de Yaoundé, la petite localité de Batschenga est traversée d’un bout à l’autre par la route National N°1 construite sous la colonisation et qui fut longtemps la principale voie de communication reliant le Sud à la partie septentrionale du pays. Plusieurs décennies avant la construction du pont sur la Sanaga à Ebebda, c’était même l’étape incontournable pour se rendre au Tchad ou en Centrafrique. Aujourd’hui encore, cet axe routier est très fréquenté, surtout par des grumiers, des camions citernes et autres gros porteurs qui marquent souvent une halte ici avant de poursuivre un long et éprouvant trajet. Littéralement les premiers « explorateurs » européens qui débarquèrent ici à la fin du 19e siècle furent littéralement subjugués par la beauté des paysages et la fertilité des sols. Une ambitieuse politique de mise en valeur des terres fut engagée avec la création des vastes plantations agricoles qui donneront naissance plus tard à la Société Camerounaise des tabacs (SCT) dont la liquidation semble avoir beaucoup affecté les populations.
La contrée est peuplée par deux principales ethnies : les Batschenga et les Benyagda. Selon une vieille légende transmise de père en fils, leur ancêtre, le chef Medjana Odjogo, serait venu u Soudan. Installé momentanément dans l‘actuelle province de l’Extrême-Nord puis dans l’Adamaoua, il descendit vers le 17e siècle face à la conquête musulmane, en longeant le cours de la Sanaga. C’est en montant avec ses sujets sur un tronc d’arbre flottant sur le fleuve et qui se transforma en serpent, qu’il aurait regagné l’autre rive de la Sanaga. Par sa position géographique exceptionnelle mais aussi des atouts historiques indéniables, ce hameau d’environ 15 000 habitants, avait tout pour réussir. C’est ici que le colonisateur lança dans les années 1914-1915, la culture du tabac qui allait devenir le principal secteur d’activité de la région. Sa réussite attira par certaines d’autres camerounais et même des ressortissants des pays voisins. Malgré la fermeture de la société, beaucoup d’anciens ouvriers sont restés sur place, profitant de l’hospitalité légendaire des populations locales. Il s’apprend qu’avant la construction du pont sur la Sanaga à Ebebda, l’essentiel du trafic routier en partance de Douala ou de Yaoundé en direction de l’Ouest et du Nord passait par ici. Pendant des décennies, on a extrait ici le sable nécessaire à la construction de tous les grands bâtiments de Yaoundé dont le Palais des Congrès.

Recul
Malgré des multiples atouts et l’existence d’une nombreuse élite, la localité semble aller à reculons. Sur place, on cherche en vain un centre urbain digne de ce nom et des constructions d’envergure. L’essentiel de la vie tourne autour du carrefour « Etoile Bar », non loin de la gare routière pratiquement vide. Ici, l’essentiel du transport est assuré par des motos. En l’absence d’un quartier administratif, les rares services publics sont logés au gré des opportunités, certains occupants des bâtiments abandonnés par des entreprises en cessation d’activité. Il en va ainsi du siège du district ou de la brigade de gendarmerie. Si on compte sur place trois formations sanitaires et une dizaine d’écoles primaires, l’enseignement secondaire est peu représenté en dehors du lycée classique. Ils sont nombreux à souhaiter l’ouverture d’un collège d’enseignement technique et des établissements privés.
Les populations interrogées ne manquent pas de souligner les désagréments de la vie courante : difficile accès à l’eau potable, fréquentes coupure d’électricité, mauvais état des routes, manque d’emplois pour les jeunes. La question foncière est une préoccupation récurrente. La création en son temps d’une vaste exploitation agro-industrielle a privé progressivement de nombreuses populations de l’accès de la terre. Or l’agriculture est de loin la principale activité pratiquée ici. On peut en juger par la variété des produits vendus sur le marché. « Batschenga n’a pas d’eau. La vie est très difficile ici. Depuis l’époque coloniale, on nous a arraché nos terres. En 1915, c’étaient des Allemands. Dans les années quarante, les Français vont prendre le relais avant de passer le témoin au gouvernement ». A voir la physionomie actuelle de la ville, on a e la peine à croire qu’elle a abrité une grosse société comme la SCT. Même des localités récentes comme Mbadjock sont plus avancées dans beaucoup de domaines. La concrétisation de certains projets annoncés comme le barrage hydroélectrique et le bitumage de la route Obala-Nkoteng est porteuse de belles promesses pour l’avenir.
Le district de Batschenga, dans l’arrondissement d’Obala a été crée par décret présidentiel en septembre 1992. Dans le passé, la localité a joué un rôle économique de premier plan. Elle abritait en effet une grande unité agro-industrielle, la Société Camerounaise des T abacs, qui offrait beaucoup d’emplois et qui est malheureusement en liquidation. J’ai été tout de suite frappé par le dynamisme des populations. Très attachées au travail de la terre, elles tirent profit de la grande fertilité des sols. La production agricole est très variée, notamment des tubercules comme le manioc, l’igname ainsi qu’une large gamme de produits maraîchers. Très réputés, les ananas de Batschenga sont même exportés en Europe. On note également un réel développement du petit élevage. Il existe sur place une unité de production de 600 poussins d’un jour. La pêche sur le fleuve Sanaga est pratiquée par les autochtones et surtout par des ressortissants étrangers comme des Maliens et de Nigérians. L’exploitation du sable sur la Sanaga fait également vivre quelques familles. Il y a beaucoup de curiosités touristiques à découvrir, à l’instar des chutes, mais l’accès aux sites est parfois difficile. Il fait néanmoins bon vivre à Batschenga où le climat n’est ni trop chaud, ni trop frais. Le week-end, l’ambiance monte d’un cran chez Mme Bodo. La Haute Sanaga, de la Mefou et Afamba et du Mbam et Kim. Le district compte deux principales ethnies : les Batschenga et les Benyagda qui ont toujours vécu en bonne intelligence. La cohabitation entre différents groupes ethniques est pacifique. En dehors de quelques conflits fonciers opposant des individus, on n’a pas enregistré jusqu’ici d’affrontement violents entre communautés. Les populations attendent avec impatience le démarrage des travaux de réhabilitation de l’axe routier Obala-Nkoteng qui va certainement contribuer à la redynamisation du secteur économique à travers la création d’emplois et la relance des transactions commerciales. On attend également beaucoup du futur barrage hydroélectrique de Nachtigal. C’est un projet de grande envergure aux retombées économiques et sociales indéniables. « N’oubliez surtout pas de faire un tour aux chutes ». Il n’y a pas meilleur conseil pour le visiteur d’un jour, ni meilleur endroit à découvrir. Pas de doute là-dessus : les Chutes de Nachtigal sur la Sanaga constituent la plus grande attraction touristique du département de la Lékié et même au-delà. Il se raconte que lorsque l’explorateur allemand qui a donné son nom au site débarqua sur les lieux à la fin du 19e siècle, il ne put retenir ses émotions, captivé qu’il était par la beauté sauvage de la nature. Située non loin des chutes, la résidence construite par l’Allemand aurait été rachetée il y a quelques années, par un prospère homme d’affaire de la région. Aujourd’hui encore, la fascination qui s’empare du visiteur est irrésistible.
Une fois débarqué sur place, la surprise est de taille : on cherche en vain les chutes dans un océan de verdure. Le clapotis des vagues les annonce plus bas, là où la broussaille envahissante masque le regard. Il faut emprunter un petit pont en bois tut branlant. Quelques garde-fous auraient été enlevés récemment par des vandales en quête du bois de chauffage. Ce qui reste du modeste ouvrage à de quoi effrayer le visiteur le plus téméraire. Mais quel spectacle une fois l’obstacle franchi. Aussi loin qu’il puisse porter, le regard est captivé par une masse d’eau impressionnante qui dévale d’une pente façonnée par le cours tumultueux du fleuve. A cet endroit, les eaux sont particulièrement agitées. Soulevées violemment par un mouvement constant, des vagues giclent au contact d’énormes rochers, formant une vaste nappe d’écumes blanchâtres. De peu, on se croirait sur la Sanaga à Edéa, tant la ressemblance est frappante. Visiblement, la construction du barrage hydroélectrique prévue en ces lieux n’est pas le fait du hasard. Dans cette contrée sinistrée, beaucoup attendent monts et merveilles de l’ouvrage. Peut être se dit-on viendra combler les lacunes du secteur touristique. Il reste à souhaiter que le projet ne défigure ps complètement un cadre naturel aussi exceptionnel.
De nombreuses légendes circulent sur les chutes. Selon l’un d’elle, c’est ici que se trouverait le refuge de « ngan media », l’énorme serpent-tronc qui aurait permis aux anciennes populations du Grand Mbam de gagner l’autre rive de la Sanaga. La mystérieuse disparition du mois de mai 2007, d’un élève au beau milieu des chutes ravivé des vieilles rumeurs. Selon d’autres sources, quelques initiés peuvent apercevoir le monstre qui se manifesterait dans des circonstances exceptionnelles. Vraie ou fausse, cette histoire ne peut qu’accroître du site. Il est tout de même déplorable qu’un trésor qui fait partie du patrimoine touristique du pays, soit presque à l’abandon. Situé à quelques encablures de Batschenga sur la route menant au bac, le site n’accueille pas grand monde. Seuls quelques rares touristes occidentaux s’y hasardent, surtout le dimanche matin. Il faut dire que la piste qui y mène est dans un état déplorable. Juché sur une moto, il faut accepter de braver les nids de poule et la poussière pour s’y rendre. Dans une contrée qui manque cruellement d’emplois rémunérés, un aménagement conséquent du site abritant les célèbres chutes peut s’avérer économiquement rentable.

Une soixantaine de kilomètres de route. Et vous y voilà, non sans avoir ingurgité une bonne dose de poussière ou patiné sur un gigantesque bourbier, selon la saison. Obala est derrière. Le voyage aurait été plis paisible si le bitume, long de 53 km, construit entre 1955 et 1956, n’avait pas été purement et simplement détruit. Avec le temps. Il semble qu’en 1987, le gouvernement ait envisagé la reconstruction de cette voie vers une région dont le tabac, jadis, apporta tant au développement du Cameroun. Seulement, la crise économique qui sévit de plein fouet au Cameroun va briser le rêve des populations. La route est devenue une piste agricole. Quelques croûtes de goudron, visibles par endroits, attestent d’une gloire perdue dans le temps.
Puis vint la construction annoncée du premier tronçon Obala-Nkol Essong long de 80 km et qui entre dans le cadre du bitumage de la route Obala-Bouam. Un espoir qui renaît avec, peut-être, la promesse d’effacer la désolation et le dépit. Mais le voyage vers Batchenga n’est pas que crevasses, pièges, secousses, boue et poussière. C’est aussi une vraie randonnée, un vrai voyage à travers plein de paysages et de découvertes contés par Casimir Djodo, enseignant de lettres à la retraite. Son récit est traversé par des formules distillées. Habile narrateur, l’ancien conseiller culturel du Cameroun dans les pays du Benelux (pendant onze ans) parle avec la même passion qui l’habite lorsqu’il évoque ces moments de bombance à l’ancienne université de Yaoundé. Les souvenirs de ses matches de foot avec Protais Ayangma et autres Emmanuel Mvé, ceux de son enfance passée au village font oublier le calvaire de la route. Le périple, en lui-même, est entrecoupé de multiples arrêts. Très populaire dans le coin, l’ancien proviseur du lycée Joss de Douala ne manque pas une occasion de s’arrêter dans chaque village ou presque pour échanger, s’imprégner du quotidien des villageois, partager un verre de vin de palme avec eux, écouter leurs doléances avant de reprendre sa route. Sur la vingtaine de kilomètres entre Obala et Batchenga, le voyage va durer plus d’une heure.
Le maire veut, sur ce parcours, s’assurer de la bonne tenue et du bon entretien des dix puits d’eau construits en 2004 dans certains villages, avec le soutien du programme national de développement participatif (PNDP), dont la contribution, selon Casimir Ndjodo, a été de 42 millions de francs sur les 45 millions nécessaires pour l’investissement. Le reste ayant été versé par la municipalité. Un partenariat qui vise, dans les jours à venir, la division du district de Batchenga en dix communautés de développement. Avec la construction du pipeline, Batchenga a hérité de cinq forages, d’un terrain de football, de bâtiments qui abritent aujourd‘hui les services du chef de district et de l’inspection de l’Education de base. Tout comme elle a bénéficié de la réalisation de la route de Nkokpali, longue de 8 km, qui s’ouvre sur la Mefou-Afamba. Il y a aussi la réhabilitation de la route d’Ebang Minala. Depuis le 11 février 2007, la localité s’est offert une nouvelle place des fêtes, dont l’inauguration, ce jour-là de fête de la jeunesse, par le ministre délégué aux Finances chargé du Budget Essimi Menyé et du secrétaire d’Etat aux Domaines Jean Claude Etogo, en présence d’une foule de jeunes venus des quatre coins du département, a fait de la petite ville la capitale de la Lékié, le temps d’une journée.
Grâce à la coopération canadienne, les conseillers municipaux et les femmes de Batchenga ont bénéficié d’une formation en management et au leadership. Avec l’arrivée de l’équipe Ndjodo à la tête de l’exécutif communal en 2002, la municipalité a pu s’acheter un ensemble immobilier de deux hectares (propriété à l’époque de la Société camerounaise de tabac – Sct) où sont désormais logés les services de la mairie. La commune a aussi épongé sa dette de 46 millions de francs vis à vis du Feicom. Ambitieuse, elle rêve d’une localité qui retrouve son prestige d’antan. Qui avance. Qui se modernise. Vivant de son sol si abondant en trésors divers qu’il suffit de mettre en valeur. Notamment, ces plantations de tabac abandonnées avec la fermeture de la Stc qui avaient fait de Batchenga une cité cosmopolite, un vivier économique. Devenu maire pour fédérer autour du développement communautaire, Casimir Ndjodo a convaincu ses frères de travailler dans ce sens, désenclavant, basant le travail sur des plans pensés et réfléchis, œuvrant pour déchirer le voile noir qui a longtemps recouvert sur cette destination parmi les plus touristique du Cameroun.
Un pays de merveilles à explorer. Les célères chutes de Nachtigal, situées à une douzaine de kilomètres du centre ville. L’eau qui ruisselle et se jette de manière fougueuse sur l’impressionnant rocher. De l’inondation à certains endroits, même en pleine saison sèche. Un spectacle merveilleux.
Il y a aussi la Sanaga. Fleuve gigantesque et plein de légendes, frontière naturelle et impressionnante qui sépare la commune de Batchenga dans la Lékié à celle de Ntui dans le Mbam et Kim. Sur les eaux, un bac. Il va et vient au quotidien depuis 1934 – soit dix années avant la naissance de Casimir Ndjodo-, embarquant et débarquant des milliers de voyageurs sur les deux rives du fleuve. « Avant la mise en place du bac, les véhicules traversaient ce fleuve à bras d’hommes », révèle Casimir Ndjodo, qui se souvient qu’avant la construction de l’actuel axe Yaoundé-Bafoussam, cet ouvrage devenu monument fut la voie obligée de tant de personnes et de marchandises.
Ce fleuve fut, à un moment si poissonneux qu’on le disait béni des dieux à cet endroit. Le temps a passé. Le poisson s’est progressivement fait rare. Les pêcheurs, ici, accusent une société sucrière située en amont qui déverse ses déchets chimiques dans l’eau, de décimer le poisson. Dont celui qui, selon Casimir Ndjodo, a donné son nom à la localité. « Le nom de cette localité viendrait d’un poisson appelé Tchenga que l’on trouvait dans la Sanaga », soutient ce fils du village. « Etant donné que cette ressource était en très grande quantité, l’on y ajouté ‘Ba’ qui est la marque du pluriel. C’est l’association de ‘B’ et de ‘Tchenga’ qui aurait donc donné Batchenga ». A Nji, sur la route qui mène à Nanga-Eboko, à douze kilomètres de là, se dresse, au bord de la Sanaga, la résidence abandonnée du feu président Ahmadou Ahidjo, construite dans les années 60 : une bâtisse qui, progressivement, tombe en ruines. Pourtant elle a reçu, en 1969, l’ancien président français Georges Pompidou et son homologue camerounais, arrivés par train spécial. L’imposante bâtisse inhabitée- certains veulent la voir transformer en musée – est gardée par des gendarmes qui, de là, doivent apercevoir le toit de la gare ferroviaire. Un lieu d’histoire qui, mis en valeur, pourrait constituer un poste de recette pour cette commune qui en a besoin pour développer ses infrastructures.
Avec ses 10 000 habitants et ses 216 km² de superficies, Batchenga doit surtout sa réputation à l’implantation ici, à l’époque coloniale, d’une entreprise d’exploitation de tabac. Dirigée d’abord par les Allemands, l’entreprise va passer aux mains des Français au lendemain de la première guerre mondiale, suite à la débâcle allemande. Avec l’accession du Cameroun à l’indépendance en 1960, cette entreprise devient franco-camerounaise. La création de la société nationale d’investissement (Sni) l’intègre au portefeuille de l’Etat, sous l’appellation de société camerounaise de tabac (Sct). Elle a fermé ses portes depuis la fin des années 80, dans une ville qui veut revivre, comptant sur ses élites et sur sa gare ferroviaire, escale importante du transcamerounais, qui s’est installé, depuis une dizaine d’années dans le train de la reconstruction du prestige perdu.
TINA MESSOMO Etienne, DAF SIC ;
ESSOA ELOI Gabriel, Sous Préfet de l’Arrondissement de Soa ;
NKOULOU Hubert, Ancien Ministre ;
ETOGA Alexis, Major Général Armée de l’Air ;
ETOGA ETOGA Joseph, Maire de la Commune de Batchenga.