Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

31 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > LOLODORF en bref

LOLODORF en bref

mardi 8 février 2011

LOLODORF
Y aller

- A partir de Yaoundé ou Douala :

- Deux agences de voyage et autres véhicules.

- Distance : 187 km de Yaoundé et 248 km de Douala

- Coût de transport : 2000 Fcfa à partir de Yaoundé et 3000 Fcfa à partir de Douala

- Etat de la route : entièrement bitumée

- Structures d’hébergement : cinq auberges.

Repères
• Crée en 1890 par les Allemands
• Administration française dès 1956
• Administration, Camerounaise depuis 1959
• Superficie : 1200 km2
• Population : 20 000 habitants environ
• Groupes ethniques : Ngoumba, Ewondo, Fang, Boulou, Pygmées Bagiely, Communauté bamiléké et haoussa
Elle semble plus ou moins endormie, cette unité administrative qui ‘’a connu le Blanc’’ vers les années 1890. Américains, Allemands et Français y ont habité jusqu’à l’accession de notre pays) à l’indépendance. Aux vestiges qu’ils ont tour à tour laissés, se sont greffées, certes timidement, les marques d’un Cameroun soucieux du développement de toutes les localités et du bien – être des populations. Cette grande cuvette, entourée de sommets et traversée par la Lokoundjé, est un site historique à valoriser. A promouvoir, dans la veine d’un tourisme conquérant. Il vaut le déplacement.
« Dorf », village en allemand, est un vocable plein d’histoire, ici. Aujourd’hui localité renaissante ouverte au monde, Lolodorf a été un poste administratif pendant la période coloniale allemande, puis française. L e christianisme fortement implanté vers 1887 par la mission presbytérienne américaine à Bibia, développera ce village comme le feront les pères pallotins à Ngovayang, dès 1909. C’est pendant la conquête germanique que loule Koutang, fils du terroir, rencontre, par le biais de Madola, roi batanga, les Allemands en expédition à Kribi. Le chef de guerre Loulé amène ses nouveaux amis Kund, Tappenbeck et Curt Morgen auprès du chef Ngumba à Bigbally. En reconnaissance de l’hospitalité de celui qui les conduit à un pacte de non-agression, Bigbally devient Lolodorf (le village de Loulé), appellation déformée à la suite des caprices linguistiques. Leur présence influence les mouvements migratoires des chercheurs de sel, à destination de Kribi et contribue à la création de la première route du Cameroun en 1912, à savoir Kribi - Yaoundé en passant par le village Loulé, ainsi que l’axe qui va de la côte à Ebolowa.
Naturellement sublime avec un relief et un climat attrayants, avec ce beau cours d’eau, la Lokoundjé, poissonneuse, qui traverse et divise la ville en quartiers administratif et commercial, Lolodorf reste le reflet de ce grand arrondissement. Arrondissement dont l’accès vers Kribi, le chef-lieu de l’Océan (116 km), Ebolowa (73 km) et les voisins Bipindi, Mvengué situés à une quarantaine de kilomètres qui le relie à Eséka est bitumée. A la différence de certaines localités du même âge qui sont déjà des chefs-lieux de département, Lolodorf a évolué au ralenti, mais concerve cependant ses attouts naturels. Des plateaux que surplombent quelques monts (Mbpanga, Pinda , Mil, Bishouer) la chaîne montagneuse de 1043 m de haut et Ngovayang et les merveilleuses chutes de Mbikiliki. La faune et la flore, avec des espèces recherchées ou protégées n’entravent nullement la pratique de l’agriculture d’autoconsommation qui occupe 80% de la population. Le fruit des récoltes (macabo, manioc, plantain, igname, arachide…) accompagne quelques poissons et gibier. La pêche artisanale se déroule dans la Lokoundjé et la Moungué, ainsi que dans les étangs de Bigambo.
Quand Lolodorf s’éveillera En attendant les résultats des recherches minières, l’on exploite les arbres et le sable. Le tracé du pipeline a laissé des séquelles sur l’environnement, les propriétés foncières, mais aussi des bons souvenirs tels que cette école avec internat construite à Ngoyang, spécialement réservée aux enfants pygmées qui malheureusement , préfèrent la chasse, la pêche et la cueillette. Cela n’empêche pas que les autres gosses de la région étudient diversement dans des institutions maternelles, une vingtaine d’écoles primaires, un lycée d’enseignement général , un CETIC, en attendant la construction du lycée technique déjà crée, une SAR / SM et trois CES (Bikala, Bikoka et Ngovayang). En plus de l’hôpital de district, deux formations médicales confessionnelles fonctionnent à Bibia et Ngovayang. Cette dernière bénéficie d’un important appui d’une ONG espagnole, medicus mundi. Les pygmées ne sont pas en reste. Le gouvernement, l’élite, les religieuses le CERAC et autres organismes helvétique et néerlandais contribuent à l’amélioration de leurs conditions de vie et à leur intégration sociale. Ils sont localisés à Ngovayang, Bingambo, Ngoyang et Bikala. Toutefois, leurs campements nécessitent un désenclavement.
A Lolodorf, la sorcellerie, la délinquance juvénile, les problèmes fonciers, de leadership et d’exclusion ne favorisent pas la mise sur pied d’un cadre de concertation de l’élite. Celle-ci s’exprime dans les 27 villages en majorité non électrifiés et manquant parfois d’eau potable qui constituent ici les quatres chefferies de 2e degré : Fang, Ngoué, Ngoumba-centre et Ngoumba-Sud. C’est un véritable calvaire pour atteindre par moto-taxi ou clando la plupart de ces villages. On peut toutefois communiquer autrement grâce à une antenne Camtel, la téléphonie mobile, une centrale technique de la CRTV et une radio communautaire.
Lolodorf, qui a un goût d’inachevé, peut bien avoir sa place tant sur le plan économique que touristique. Grâce à ses terres, aux rites mythiques des pygmées et aux vestiges coloniaux. Ces derniers attendent d’être valorisés, entre autres la résidence du Sous-préfet , les chapelles catholique de Ngovayang et protestante de Bibia, les ponts allemand et français sur la lokoundjé. A la construction du premier en 1910, a participé l’Allemand August Georg Zenker, qui avait par ailleurs introduit le cacao dans la région. Une métamorphose a du prix et doit se préparer. Lolodorf est convaincu qu’il pourra manger et boire à satiété. Parlant de la ville, le premier adjoint au maire, Moise Mba Ntonga, relève : « quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console. »
Emmanuel NGUIAMBA Nloutsiri, Maire
« Lolodorf est promis à un bel avenir Quel jugement portez-vous aujourd’hui sur Lolodorf, qui vous a vu naître ?
Le jugement que je peux porter sur cette ville qui m’a vu naître, est positif car, après plusieurs années de léthargie,Lolodorf est sortie de son enclavement grâce au Renouveau. C’est ainsi que notre arrondissement a bénéficié d’une couverture télévisuelle nationale, d’une radio rurale, d’un réseau de téléphone fixe et mobile (MTN et CT phone). Une route bitumée de 56 km relie Eséka à Lolodorf. Un lycée d’enseignement général à cycle complet existe, ainsi qu’un CETIC, en attente de l’ouverture du lycée d’enseignement technique, des CES ont été créés dans les villages de Bikala, Bikoka, Nkoapboer 1 et Mbango-boulou et n’attendent que leur ouverture effective. On retrouve, par ailleurs, un hôpital de district doté d’une morgue, un commissariat de sécurité publique, un commissariat spécial et une brigade de gendarmerie pour la sécurité des personnes et des biens, etc.
La construction en cours de la route Yaoundé –Kribi, via Lolodorf, viendra définitivement mettre un terme à l’enclavement de notre arrondissement. Au regard de tout ceci, nous pouvons affirmer , sans fausse modestie, que Lolodorf est promis à un bel avenir, grâce au père des Grandes Ambitions, S.E M. Paul BIYA. Mon rêve est que cette ville devienne une grande cité où il fait bon vivre. Cela ne peut se faire qu’avec la participation ert la contribution da toutes les filles et fils de Lolodorf, à l’action du gouvernement.
Quelles sont les grandes attentes des populations C’est un arrondissement plein d’espoir. Il s’agit d’une Unité administrative à l’attente de la réalisation de grands projets, notamment les axes routiers Ebolowa-Kribi et Yaoundé-Kribi, en passant par Lolodorf. L’état d’esprit des populations est bon, dans l’ensemble. Celles-ci cohabitent paisiblement, même si le positionnement politique empêche qu’il y ait une association de l’élite.
Lolodorf est en plein essor , depuis l’arrivée du président Paul Biya à la magistrature suprême. L’on peut noter certaines réalisations, notamment le centre de transmission CRTV, l’axe bitumé Eséka - Lolodorf, la connexion Internet, le nouveau pont sur la lokoundjé, la voirie urbaine qui a atteint Bikoka, l’hôpital de District avec sa nouvelle ambulance .
Mais les populations veulent encore plus d’infrastructures et surtout attendent l’axe Kribi -Yaoundé par Lolodorf est confronté aux problèmes d’aménagement qui passent par les ressources humaines et naturelles.
Durant les années qui ont vu défiler Américains, Allemands et Français à Lolodorf à l’aube du 20e siècle, l’exploration a précédé de développement. On a bati certes, mais la localité n’a pas explosé. Certains ont pensé à cette revue missionnaire paraissant justement en Allemagne à l’époque, « Das Kreuz und das schwert »(la croix et l’épée).
C’est en 1887 que l’église presbytérienne américaine est introduite à Lolodorf. Les pasteurs venant d’Ebolowa et d’Akom II célèbrent les cultes en boulou, en s’appuyant sur la Bible, déjà traduite par eux. Le mauvais ménage avec les allemands les conduit dans le village Bibia, situé à quatre km de là, où ils se mettent à investir. La présence des pygmées les amène à solliciter le secours qui leur viendra du médecin Leaman et des financements de Maclean, une veuve écossaise dont l’hôpital ici porte encore le nom.
Aux soins médicaux se greffe l’évangilisation.
Les presbytériens y construisent un temple, une école primaire, une bibliothèque, un institut supérieur de théologie encore fonctionnels. Déçus par ces cultes qui ne se font qu’en langue boulou, le pasteur Woungly et les Ngumba fondent l’Eglise protestante africaine (EPÄ) en 1948, fortement installé aujourd’hui dans la zone côtière. Les allemands, amis de loulé sont à la tête d’une expédition qui veut atteindre Yaoundé. Une résistance contre les colons et les arnaqueurs des cherceheurs de sel, composée des Ewondo et des Bane s’organise en un couloir de guerre (Ndjong minkan) que perpétue aujourd’hui l’ancien ministre joseph owona. Les conquérants , à la recherche du sel de mer, sont faits prisonniers parce que trahis par Moulé, « devenu leur vassal » selon le général Pierre Semengue, élite de Lolodorf. Ils ne quitteront plus Lolodorf.
Les Allemands chassés en 1916, pendant la première guerre mondiale,avaient déjà créé une paroisse catholique à Ngovayang en 1910. La congrégation religieuse « Les petites sœurs de Jésus » encadre aujourd’hui les enfants pygmées sur le plan scolaire et sanitaire. Depuis 1952, ces religieuses venues d’Italie, de Corée, du Vietnam et du Cameroun, contribuent au bien être des pygmées jusqu’aux habitats. Elles s’expriment avec eux en bagyeli. Un foyer avec trente enfants permet d’assurer un meilleur encadrement dans ces structures de medicus mundi construites à la mémoire du Dr Savador Cortadelass qui a créé l’hôpital de Ngovayang en 1966. Il est difficile aujourd’hui de parler du développement de lolodorf sans intégrer Bibia et Ngovayang, derniers vestiges d’une colonisation mi-figue mi-raisin.
Avant son accession à l’Indépendance, le 1er janvier 1960, notre pays a été successivement dominé dans sa partie occidentale par les allemands et les Français. Le passage des uns et des autres a été matérialisé au centre urbain de Lolodorf par deux ponts, dont un métallique. A côté de ceux-ci surplombe celui du renouveau. Affectueusement, on les désigne ici par leur maître d’œuvre. Allemagne, France, Cameroun.
Le ndo’o (mangue sauvage), de son nom scientifique irvingia gabonesis, est très prisé dans la localité. Il est souvent source de malentendus, parce que poussant de manière sauvage dans la forêt. Une fois fendu, le ndo’o se consomme dans une malaxée aux plantains et au rat palmiste. Il reste par ailleurs une source de revenus qui complètent ceux du cacao, du palmier à huile et des concombres. Le seau de cinq litres coûtant 7000 Fcfa.
Lolodorf a toujours eu une forte élite intellectuelle et militaire. Jean Félix Loung, le premier agrégé de géographie du Cameroun, était un natif de la contrée, comme deux généraux de notre armée aujourd’hui, en les personnes de Pierre Semengue et Guillaume Ngoua Ngally.
A la symphonie de Samuel Minkyo Bamba, de regrettée mémoire, dans l’hymne national, se sont ajoutées les voix de ses frères et sœurs tels que Cromxell, Anne Marie Nzié, Ngang Alexandre, Bojanot, Nzié d’Afrique, M. Fragile Annie Anzouer… Malgré se que pourraient laisser croire certaines légendes, Lolodorf aurait existé avant la colonisation même si au plan purement administratif on situe l’éveil de la localité à l’arrivée des Blancs au début du siècle dernier. Une époque marquée notamment par l’introduction du christianisme, des cultures de rente ou l’ouverture des premières routes.
La localité et ses habitants semblaient alors promis à un bel avenir. Plus de cent ans plus tard, rien n’a véritablement changé si on en croit notre reporter qui met en exergue l’insuffisance des voies de desserte qui auraient pu favoriser l’évacuation des productions agricoles réservées pour l’instant à l’auto consommation. A l’enclavement, viennent s’ajouter d’autres fléaux sociaux comme la sorcellerie, la délinquance juvénile liée en partie au chômage, les litiges fonciers et surtout ces querelles de leadership entre l’élite incapable de se mettre ensemble pour engager des réalisations d’intérêt collectif. Et la localité en a bien besoin compte tenu de l’ampleur de la demande sociale. En commençant par la sous scolarisation et la dégradation des conditions de vie des couches les plus défavorisées.
Il serait pourtant excessif de considérer lolodorf comme un champ en friche. Des investissements publics ont été réalisés, notamment dans les secteurs de l’éducation (enseignement primaire et secondaire) et de la santé. Le réseau local des télécommunications bien développé, pourrait faire des envieux avec notamment la téléphonie mobile, une radio communautaire et une centrale technique de la CRTV. Plusieurs organisations non gouvernementales sont également impliquées dans,le développement local. Malgré de multiples pesanteurs sociologiques, t out n’est donc pas perdu. Qu’il s’agisse du tourisme, de la pêche ou des ressources minières, la contrée recèle de potentialités suffisantes pour un décollage installé dans la durée. Autour du palais rasé du Commandant Kissamba.

Ce sont les Allemands qui lui donnèrent le nom de Lolodorf, littéralement” le village de Lolo “, du nom du chef du village Bigballi qui s’appelait Lule. “li y a un site naturel qui mériterait d’être aménagé, c’est à l’endroit où la Lokoundjé disparaît dans la terre pour ressortir plus loin “, conseille M. Woungly-Massaga, qui évoque aussi les chutes de Bidjoka et les grottes du mont Mbanga. Il n’oublie pas que l’une des spécialités culinaires de Lolodorf est la grenouille Goliath, de préférence ramollie dans la sauce gluante à base de noyaux de mangue sauvage. Une sauce qui va aussi bien avec la carpe que l’on trouve en abondance dans les eaux du coin.
Ecologie
L’autre particularité de l’arrondissement de Lolodorf, c’est que ses populations autochtones sont issues de plusieurs groupes ethniques. On y rencontre ainsi les goumba, les Bulu, les Ewondo et les pygmées Baka. Une population indigène qui vit essentiellement d’agriculture et de pêche artisanale. Aucune industrie véritable dans a ville, même si l’on soupçonne depuis plusieurs années le sous-sol de “Lolo” de contenir du fer et de l’uranium, tel qu’on peut le lire dans un dépliant de la mairie.
Chez Woungly Massaga, ce soupçon est accentué par la fréquence d’une maladie de la peau bizarre à Koumbissing, un village situé à 12km de la ville. “Je n’affirme rien, mais les autorités n’ont jamais mené d’étude pour savoir ce qui fait pousser des épais boutons sur le corps des habitants. Est-ce l’eau de source à la qualité douteuse ? Est-ce des radiations d’uranium ?“,
précise Commandant Kissamba. Lui- même s’installe définitivement dans son village natal, où il dit disposer de plus de 1000 hectares de forêt. Il compte se lancer dans une grande exploitation du palmier à huile, comme d’autres élites déjà. Allusion à peine voilée aux généraux Semengué et Ngouah-Ngally et à l’ancien directeur général adjoint de la CRTV et directeur général de Camtel, Nguiamba Nloutsiri. Le pipeline Tchad-Cameroun est Woungly-Massaga, il n’a rien apporté en dehors de quelques loyers de maison pendant les travaux, et surtout des déchirures dans les familles dues aux partages des indemnisations.
De la gare routière de Kribi, on peut partir vers l’intérieur des terres pour un long périple vers Lolodorf et sa grande forêt, via Bipindi. Le décor change très vite, la route s’enfonce rapidement en pleine forêt équatoriale. On croise tout un réseau de chemins forestier qui conduisent à des campements. La faune et la flore de cette région sont particulièrement riches : depuis les plus petits rongeurs jusqu’aux éléphants (parait-il) en passant par les singes. Il est pratiquement exclu d’apercevoir depuis la route l’un de ces gros animaux.
En revanche, vous pourrez sans problème voir de magnifiques oiseaux (toucans, perroquets, hiboux…), ou d’énormes chauves-souris à la tombée de la nuit (comme à Kribi d’ailleurs), et ainsi ramener les superbes photos. La route qui relie Kribi à Lolodorf est particulièrement pénible et défoncée, mais le spectacle est d’une beauté rare. Les chutes de Bidjoka en particulier, après Bipindi, valent un petit détour.
Il faut difficilement compter plus de 20 à 25km/h de moyenne et de toute façon, à moins de rouler avec son propre véhicule, on est tributaire de la compagnie de bus qui vous y amènera (panne mécanique, retard au moment du départ, arret systématique dans les petits villages traversés, etc). Lolodorf est un ancien petit village qui, au moment de la colonisation allemande, était dirigé par un chef du nom de Lolo. Les colonisateurs ayant décidé de la transformer en une petite ville, ils eurent tout simplement l’idée de le baptiser, littéralement « le village de Lolo ». cette région reste très peu touristique mais il existe tout de même un hôtel fréquentable à Lolodorf, le Centenaire. En se promenant dans le bourg, on remarquera les quelques traces de la colonisation allemande : plusieurs villas ainsi que des Eglises qui furent construites au tournant du XXe sicle, a pus fort de la domination germanique sur le pays. Le meilleur symboe en est certainement la villa qu’occupe le sous-préfet et qui domine la ville depuis le plateau. De là-haut, on bénéficie d’ailleurs d’un jolie point de vue sur le village, où on peut également visiter plusieurs campements pygmées.