Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

13 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > LOUM en bref

LOUM en bref

mardi 8 février 2011

LOUM
Y aller
Gare de bonaberi depuis douala.
Agence desservant nkongsamba et le grand ouest.
TARIF négociable entre 1000 et 1500 CFA.
STRUCTURE d’accueil : 4 hôtels modernes et plusieurs motels et auberge.
PRIX de la nuitée : entre 5000 et 10000 FCFA pour les hôtels .moitié en négociation dans les auberges.
REPERES
POPULATION : entre 80 000 et 120 000 habitants selon les sources. PRINCIPAUX GROUPE ethnique : bamilékés- haoussas, ressortissants du nord –ouest et du sud-ouest, bétis , bassa , et les autochtones bafun ,bonkeng , mboo, abo .
DATE PRINCIPALE : 2002 année ou la délégation urbaine est découpée en deux communes d’arrondissement, loum et njombe penja.
SUPERFICIE : 4.092km.
Ils refusent absolument le non ABO , les autochtone de SOUZA. On les a affublé de ce non qui était le fait d’une insulte de leurs frères côtiers, d’un douala plus précisément qui les avait taxés de pourrir de paresse »d’où ABO. Leur non originel est BANKON, contraction de banaba koné, les enfants de koné , cet individu qui serait venu de d’ABYSSINIE .quand on ne se moque pas de BANKON, on salut leur hospitalité . Et les BANKON sont vraiment hospitaliers. Pour une petite ville de MOUNGO comme SOUZA, réunir plus d’une dizaine de nationalité à son sein vaut bien le non de cosmopolite. et les autorités clament haut et fort que tout le monde s’étend merveilleusement bien , même si certaines populations ont une autre version de l’affaire , particulièrement en ce qui concerne les voisins nigérians dans les plantations.ces voisins qui participent à leur manière au développement de la ville . il est quasiment impossible pour une voiture de rester en panne à SOUZA des magasins de pièce détachées ayant occupé un espace considérable sur la place publique
SOUZA n’est pas absolument le chef-lieu du district de BONALEA. Celui là se trouve carrément à 60km à l’intérieur des terres .ou plutôt en allant vers la cote. Alors pourquoi cette préférence pour SOUZA ? C’est un peu le NEW YORK de district .c’est le centre urbain. On y a installé la recette municipale. quoi de plus normal, avec de certaines camions qui y passe par jour.la mairie y a aussi élu domicile. Comme les étrangers qui sont qui sont en fait les plus nombreux dans le centre ville de SOUZA,gare et qui tiennent les principaux commerces les autochtones quant a eux sont a l’intérieur et ont un emploi du temps qu’ils voyage entre les plantations dans la journée et leurs domicile en soirée. Il y a encore de la place dans la ville pour ce qui veulent y rester. Tout d’abord d’un problème inhérent à chaque camerounais, des grandes villes ou pas l’électricité qui connait coupures a répétition. Sans le problème d’eau, la liste ne serait pas complète. Déjà la société nationale des eaux du Cameroun la SNEC ne fournit pas la localité. SCANWATER en raison du fort attrait qu’exerce la ville, et de la population.
A coté de tout cela il y a une faille dans le système éducation. Pas de lycée. Pour arriver jusqu’en terminale, il faut s’inscrire dans l’un des établissements secondaire et privée du coin, dont le collège saint herbert de la mission catholique de SOUZA. Le maire de la commune de bonaléa , françois nkotti, multiplie l’ initiatives de développement .
Quand on vas à SOUZA , il vaut être aveugle pour ne pas voir les palmiers sur les deux côtés de la route , dénué de tout sens olfactif pour ne pas capter leurs senteurs sourd pour ne pas entendre comment les grappes de noix se détachent des arbre pour rencontrer le sol, ou pour retrouver d’autre grappe par terre .
Le palmier à huile. On l’a dans la peau à SOUZA, gare aux écorchures quand même. Déjà c’est le principal centre d’intérêt de la localité, avec la culture du manioc à coté. Si naturellement de par de choix des colonies des palmiers d’élites domicile dans les environs, les populations ne pouvaient que s’adonner a cette activité. Petit à petit, déjà, avec la gare routière en construction en face de la mairie. Et aussi le grand marché de la ville.
On a un sérieux problème de télécommunication. Le monde est entrain d’évoluer, mais j’jusqu’a présent, on n’a pas le réseau internet a SOUZA nous sommes très en retard. Du coté scolaire, notre arrondissement n’a pas encore de lycée. Il ya aucun établissement technique ou public, on a que deux CES. Nous souhaitons que notre CES de grand souza soit transformé en lycée, et qu’on nous donne un CETIC.