Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

15 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > MOMBO en bref

MOMBO en bref

mercredi 9 février 2011

MOMBO
Y aller
o De Yaoundé : emprunter les agences de voyage qui desservent Nkongsamba
o De Douala : agences de voyage et cars de transport par ramassage
o Etat de la route : goudronnée
o Longueur du trajet : 450 km à partir de Yaoundé et 80 km à partir de Douala
o Coût du transport : 5000 francs à partir de Yaoundé et 1500 francs à partir de Douala
o Structures d’ébergement : aucune qui soit dotée d’un confort acceptable.

Repères
o Création du district : décret présidentiel du 05 septembre 1992
o Création de la commune : décret du 24 avril 1995
o Superficie : 250 km2
o Population : 25 000 habitants environ
o Groupes ethniques : Balong, Bamiléké, ressortissants du Nord-Ouest et du Nkam
o Ressources et potentialités : culture de rente dont le cacao, cultures vivrières, plantations industrielles de bananes, carrière.

M
Mombo a beau être un chef lieu de district depuis 1992, beaucoup continuent à rattacher cette petite localité à l’agglomération voisine de Mbanga éloignée seulement d’une poignée de kilomètres. La confusion n’est que partielle. Il s’apprend en effet que Mombo appartient à l’origine au canton traditionnel de « Balong » qui couvre deux unités administratives : l’arrondissement de Mbanga et le district de Mombo qui en fait partie.
« La grande majorité des populations habitant surtout à Mbanga, Mombo était surtout considéré au départ comme une réserve agricole. La fertilité du sol et la présence du chemin de fer aidant, Mombo a progressivement attiré du monde au point de devenir un haut lieu de brassage des populations d’origines diverses », explique le chef de district BIYIHA Jean Magloire. Pour une population environ 25 000 habitants, on est surpris par la diversité des composantes sociologiques. Très minoritaires, les populations autochtones appartiennent à l’ethnie Balong que l’on retrouve dans le Moungo mais également dans la province du Sud-Ouest, mais également dans les départements du Fako et de l Mémé. Elles cohabitent avec les ressortissants de l’Ouest, Nord-Ouest , du Centre et du Littoral. Le vocable « Mombo » a quelque chose d’énigmatique puisqu’il semble difficile de le rattacher à un quelconque substrat culturel. De la bouche de certains anciens, il s’apprend que le nom de la localité est né d’un certain quiproquo. Selon certaines sources, les colons européens ayant débarqués du cçoté anglophone aurait remarqué à l’époque l’existence des vastes étendues de terre inoccupées sur la rive droite du Moungo. ayant demandé à un chef traditionnel à qui appartenaient ces immenses terres, ils se seraient entendu dire : « à mon moyo ». En pidgin, langue véhiculaire très répandue dans le Mongo, « moyo » signifie « beau frère ». Traduction de l’interprète : « à mon beau » devenu par la suite « Mombo », appellation restée jusqu’à ce jour. « Mombo était une zone essentiellement agricole, l’enclavement est un problème préoccupant, notamment en ce qui concerne les pistes de collecte de la production. Plusieurs villages comme Boubou, Djoungo, Moundeck, Nkwansi, et borne carrière ne sont pas connectés au réseau électrique. Nous avons également un problème d’accès à l’eau potable et quand bien même c’est possible, la qualité de l’eau est approximative. La station de pompage n’arrive pas à ravitailler l’ensemble du centre urbain. Cela est d’autant plus intolérable pour les populations que le réseau d’adduction d’eau qui alimentent Djombé et Mbanga passe par ici », explique le chef de district. Et pourtant Mombo ne manque pas d’atouts. On connaît la fertilité légendaire des sols et l’abondance de la production agricole. La localité qui abrite la principale usine d’eau minérale du pays recèle aussi d’importants gisements de pouzzolane, matière qui entre dans la fabrication du ciment. En dépit des recettes fiscales, la petite localité ne semble pas tirer pleinement profit de l’exploitation de ses multiples ressources. A preuve, l’habitat social est dans un état déplorable comme on peut le constater à travers le siège actuel de la municipalité.
Les populations autochtones habitent en majorité Mbanga, la localité de Mombo était surtout considérée comme une réserve agricole. Le chemin de fer aidant, la localité est devenue un haut lieu de brassage des populations d’origines diverses, à tel point que la zone est aujourd’hui très composite. A titre d’illustration, on trouve à côté des autochtones Balong, des populations originaires de l’Ouest, du Nord-Ouest, du Centre du Littoral. Dans le district, il existe deux chefferies traditionnelles héréditaires : Moundeck et Mombo Borne Carrière. Au plan de l’urbanisation, Mombo n’a pas beaucoup changé 17 ans après son érection en district. Beaucoup d’élites souhaitaient par exemple investir mais ne trouve pas d’espace approprié. Le problème de lotissement communal reste posé. Avec sa concrétisation, on pourrait aussi envisager un plan d’urbanisation aux retombées multiples.
Bien que la petite localité soit de prime abord accessible au départ de Douala comme de Yaoundé sur route goudronnée, sa position quelque peu excentrée par rapport à l’axe routier central n’autorise pas une liaison directe.
Le voyageur a donc le choix de prolonger jusqu’à la ville voisine Mbanga d’où il est plus facile de trouver un moyen locomotion ou alor de descendre au fameux « carrefour Tangui » pour emprunter l’embranchement de cinq kilomètres environ menant au centre urbain. Dans l’un ou l’autre cas, les moto-taxis sont rares et incontournables. Il faut parfois attendre plus d’une demie heure pour trouver un engin libre. Le conducteur généralement venu de Mbanga, est en position de force et n’hésite pas à monter les enchères. Pour une si petite distance, ne soyer surpris de débourser le même tarif que pour aller à Nkongsamba, localité autrement plus éloignée.
C’est à prendre ou à laisser. Et pourtant quel bonheur de découvrir ce jardin potager qu’est le Moungo. Aller à Mombo c’est humer l’air frais de la campagne, c’est se laisser empoter par ce paysage qui tue l’ennui le plus tenace.
Pour les non habitués, il est conseillé d’ouvrir grandement les yeux tout le long du trajet Ndjombé-Pendja. On découvre alors à satiété, un concentré du riche potentiel agricole du département. A deux pas du goudron, des plantations industrielles d’ananas, de banane, de papaye, de goyave, d’avocat, de poivre…s’étalent à perte de vue,jusqu’aux flancs des collines. Un véritable régal pour les yeux d’autant plus que les vendeurs n’hésitent pas à vous proposer à profusion, des fruits juteux à des prix défiant toute concurrence.

UN CHATEAU D’EAU TRES CONVOITE
Mombo est situé dans une zone géographique qui recèle d’importantes ressources hydrauliques. D’après les géologues, l’eau du terroir, notamment celle provenant des profondes nappes souterraines, est d’excellente qualité et contiendrait des qualités nutritives voire diététiques exceptionnelles ; Si l’on en croit les connaisseurs, même l’eau issue des nombreux cours d’eau qui abondent dans le coin aurait une « saveur » tout à fait particulière. Pour les connaisseurs, le fait que la principale entreprise de production d’eau minérale du Cameroun ait choisi la localité pour s’installer ne relève pas du hasard mais d’une décision mûrement réfléchie. La preuve, sur place, on ne jure que par elle, en terme d’emploi, de rénumération et de la redistribution qui s’ensuit. Véritable attraction dans cette contrée essentiellement rurale, l’usine d’eau est située à deux pas de l’axe routier principal Douala - Bafoussam, plus précisément dans le village Tangui qui a donné son nom à la fameuse boisson cristalline, sans couleur ni odeur. Même ci la célébrité désormais liée à cette dénomination constitue pour certains une consolation, elle parait bien malgré pour d’autres. Ils sont nombreux en effet à déplorer que Mombo n’ait pas profité jusqu’ici suffisamment des retombées économiques et sociales liées à l’exploitation de certaines ressources naturelles comme les nappes d’eau souterraines et pouzzolanes.

AU ROYAUME DE LA POUZZOLANE
Interrogez à ce sujet n’importe quel natif du département du Moungo, il ne manquera pas de vous dire que le nom « Djoungo » renvoie automatiquement à la pouzzolane. Or Djougo est un village du district de Moungo, abritant d’impotents gisements de ce matériau très recherché. La pouzzolane st une roche naturelle provenant des projections volcaniques basaltiques ou de composition proche. De forme alvéolaire, la pouzzolane est généralement de couleur rouge ou noire , exceptionnellement grise, avec toutes les teintes intermédiaires.
Le terme « pouzzolane » vient de Pouzzoles, un port italien riche en sable volcanique, situé au pied du Vésuve, le célèbre volcan encore actif. Cette roche locale était déjà célèbre dans l’antiquité en raison de ses qualités reconnues dans la fabrication du béton romain résistant à l’eau.
Si à Mombo, voire au Cameroun,le nom est entré dans le langage courant,peu de personnes connaissaient en revanche, l’utilité d’une telle matière dans sa destination finale. Combien de nos citoyens savent par exemple que la pouzzolane de Mombo entre dans la fabrication du sac de ciment acheté dans la quincaillerie du coin ? Très peu en réalité.
Il suffit de faire un tour sur place et d’assister au ballet incessant des camions entre Douala et ce bled perdu pour être convaincu du caractère stratégique de cette matière première dont l’abondance ici confirme pourtant la banalité.
Il s’agit pourtant d’un produit stratégique très utilisé en construction, notamment dans les ouvrages en tuf, la composition de certains ciments, la fabrication des parpaings,voire le gravillonnage des routes d’accès difficile.
Autant dire que la pouzzolane pourrait contribuer grandement à la réhabilitation des pistes en mauvais état et à l’amélioration de l’habitat social dans une localité ou la plupart des habitations sont en matériaux provisoires. Encore une histoire du cordonnier mal chaussé. Qualité
La reconnaissance internationale pour Tangui
L’eau produite par la société des eaux minérales du Cameroun vient d’obtenir la certification Iso 9001 : 2000
Avec ses 83% de parts de marché le leader camerounais dans le secteur de l’eau minérale vient de se donner un argument de poids pour convaincre les consommateurs encore réticents. Depuis le 19 février 2009, l’eau minérale naturelle Tangui est, en effet, certifiée Iso 9001 : 2000. Il s’agit là d’une reconnaissance internationale, qui atteste que le système de management de la qualité mis en place par la Société des eaux minérales du Cameroun (SEMC), la filiale des Brasseries du Cameroun qui en est le producteur, a été « évalué et jugé conforme aux exigences de la norme » en matière d’exploitation et d’embouteillage de l’eau minérale naturelle. C’est la toute première certification du genre au Cameroun. Elle est valable pour une durée de trois ans (jusqu’au 19 février 2012), « sous réserve du fonctionnement continu et satisfaisant du système de management de la qualité de l’entreprise… »
Pour marquer cette étape importante de la vie de la SEMC, M. Siaka, Administrateur délégué de cette société, par ailleurs Directeur général des Brasseries du Cameroun, a réuni quelques hommes de médias, autour d’un voyage touristique sur le site de l’usine de fabrication de Tangui à Mombo, petite localité située non loin de la ville de Mbanga dans le département du Moungo (province du littoral). La découverte a eu lieu dans la matinée de samedi, 14 mars dernier. Construit sur un hectare de terrain à peu près, le site de l’usine d’exploitation et d’embouteillage de la SEMC renseigne, en effet, à suffire sur le sérieux qui est mis dans la production de l’eau minérale la plus consommée au Cameroun. Côtoyée par deux forages de 155 mètres chacun et étendus sur deux hectares, l’usine est enfermée dans un périmètre de protection, qui limite l’accès aux seuls 53 agents permanents de l’entreprise.

Performances
Créée le 16 janvier 1979, la construction de cet outil industriel avait duré plus de trois ans. C’est donc en 1983 que débutera effectivement la production de l’eau minérale à Mombo. Depuis, la capacité de l’usine a connu une croissance graduelle, grâce notamment à l’acquisition des machines les plus à la pointe de la technologie. Dès le mois d’avril 2009, la SEMC entend d’ailleurs aller au-delà des 600000 hectolitres d’eau minérale produits en 2008, soit environ 43 millions de bouteille ! Le défit, selon ses dirigeants, étant « d’optimiser les compétences qualitatives et quantitatives » de l’entreprise, afin que celle-ci demeure une « référence dans le secteur de l’eau minérale au-delà de la sous-région CEMAC ». Actuellement, la SEMC produit un minimum de 10000 bouteilles par heures dans son usine. Une performance que la société voudrait faire passer à au moins 12000 bouteilles par heures dans les prochaines semaines. La certification Iso 9001 :2000 de Tangui n’est donc pas un fait du hasard, à en croire les ingénieurs de la SEMC. Avec un très faible taux de sodium et une absence totale de nitrate, l’eau Tangui n’est, apprend-on, soumise à aucun traitement bactériologique elle est donc naturelle. En plus, l’usine de Mombo est équipée d’un laboratoire bénéficiant de l’expertise de Vichy, une officine internationale de grande renommée. C’est précisément là que les pourcentages de fer et de manganèse que l’on dit rès important dans l’eau des forages de Mombo, sont ramenés à des proportions normales avant l’embouteillage. Selon les ingénieurs rencontrés sur place, un minimum de 120 analyses sont ainsi faites par jour dan ce laboratoire. L’activité dans la grande salle de conditionnement de Tangui, elle, est simplement impressionnante. Automatisée à presque 100%, la chaîne débute par la conception des bouteilles de divers calibre, pour aboutir à l’empaquetage par groupe de six bouteilles, en passant par le remplissage, l’étiquetage, etc. un authentique "spectacle industriel" où aucun détail n’est négligé. Un travail de fourmis aussi, qui exige une vigilance extrême pour tous les employés. A ces derniers, M. André Siaka a d’ailleurs promis, pour ce lundi 16 mars 2009, un « bonus » de 50000 Fcfa chacun pour récompenser tous les efforts qu’ils ont fournis pour parvenir à la certification Iso 9001 : 2000.