Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

26 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > NDIKINIMEKI en bref

NDIKINIMEKI en bref

vendredi 11 février 2011

NDIKINIMEKI

Comment Y aller
De Yaoundé : Gare routière Etoudi
Coût du transport : 2000F
Durée du Voyage : 2h 15 mn
Distance : 185 km
Etat de la Route : bitumée
Hébergement : Plusieurs auberges.
Repères
1916 : Devient unité administrative
Superficie : 2 839 km2
Population : Près de 50 000 habitants
Principal groupement ethnique : Les Banen
Le nombre de cantons que compte cette unité administrative est de 3
A Ndikiniméki, Ndiki, à ne pas confondre avec le village de Ndiki voisin, il fait plus bon vivre.
On est les Banen. Pluriel de Mounen. Traduction en langue française : le noble, le riche, spirituellement, (c´est-à-dire honnête), matériellement et moralement. Ce nom leur aurait été donné par leurs voisins (Bassa, Bassoh ou Bassol, …) pour leur caractère et leur comportement. Ce sont des peuples autochtones du Cameroun qui ne viennent pas d’ailleurs. Leurs origines seraient la vallée du Noun. C’est par le phénomène des guerres tribales qu’ils se seraient retrouvés dans la pénéplaine au Nord du fleuve Sanaga dans la région actuelle de Yambassa avant de se disloquer en deux groupes : le premier groupe vers le nord et nord-ouest chez les NDIKI, NITOUKOU et YINGUI et le deuxième une minorité qui a traversé la Sanaga avec le groupe Béti en direction du Centre et Sud vers Mbalmayo et Ngomedzap. (Les Bene aujourd’hui minoritaires ont perdu la langue).
la carte scolaire de l’arrondissement vient de prendre du galon. Le CTIC a été érigé en Lycée technique. Le lycée classique, quant à lui, vient d’être transformé en lycée bilingue. Tout ça vient s’ajouter à une SAR-SM, un CETIF confessionnel, environ 33 écoles primaires et maternelles.
Sur le plan sanitaire, il n’y a non plus lieu de trop se plaindre, avec un hôpital de district et deux centres de santé intégrée. Un night-club très in dans le coin. Normal, la lumière ne manque pas. Les routes, que ce soit l’axe central ou la majorité des bretelles, sont bitumées. Au pays du légendaire roi Banen, manimben. Manimben, pour qui la statue d’un lion a été érigée au centre-ville. En souvenir du nom que lui avaient donné les Allemands, « le lion noir ». L’histoire raconte que cet homme, pour échapper à l’oppresseur se transformait en lion. C’est même, selon les Banen, son effigie qui se trouve dans les armoiries des forces armées nationales camerounaises. Le Lion noir banen aurait même inspiré le nom de baptême de l’équipe nationale du Cameroun de football, les Lions indomptables... L’arrondissement délimité à l’ouest par celui du Noun, au Sud par le tout nouvel arrondissement de yambeta à l’Est par le Nkam. Les populations aimeraient bien voir la route NdokdassabenS-Yingui-Yabassi réhabilitée.
Et bien sûr, le plus grand souhait, que Ndikiniméki devienne un département. Un peu comme pour retrouver le lustre d’antan, à l’époque où c’était la capitale du Grand Mbam.
C’est le problème des litiges fonciers qui se pose avec acuité. Les populations se disputent le terrain, et surtout, c’est sur le domaine national.
Commodités : le goudron, la morgue, l’ouverture du marché de sômô.