Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

27 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > RHUMSIKI en bref

RHUMSIKI en bref

samedi 12 février 2011

RHUMSIKI
Rhumsiki, parfois écrit Roumsiki, est un village pittoresque de moins de 5000 hab. il est niche au cœur des Kapsikis, un haut plateau ou se dressent à perte de vue, parfois à plus de 1000 m au-dessus du sol, d’immenses pics de lave provenant de cheminées de volcans. La plus célèbre de ces aiguilles rocheuses est l’aiguille de Mchirgué (1 224 m), appelée aussi pic de Rhumsiki, que l’on peut admirer de l’entrée du village en venant de Mokolo. Ce paysage lunaire unique fait de ce village l’un des hauts lieux du tourisme Camerounais et une étape obligée de tous les circuits dans l’Extrême-Nord. C’est une des grandes curiosités touristiques du Cameroun. E fin de journée, au moment ou le soleil se couche, les pitons rocheux et la savane environnante prennent des couleurs ocre et rougeoyantes, rendant le paysage encore plus fascinant. On comprend alors pourquoi André Gide fut à ce point séduit par cette région.
Les habitants de Rhumsiki sont des Kapsikis, ce qui signifie littéralement « ceux qui ont grandi ». Les Kapsikis sont dans leur grande majorité des animistes ; Mais certains d’entre eux qui ont souvent assiste aux cours de catéchisme dispenses dans les écoles locales se sont convertis au christianisme. Dans le village, vous croiserez certainement de nombreux enfants qui se proposeront de vous accompagner ou vous demanderont divers cadeaux. Ne cédez pas trop à leurs avances, cela exaspérerait à n’en pas douter les habitants du village. Pourtant très fréquente par les Camerounais et les touristes de passage, le village de Rhumsiki n’était équipé il y a quelques années encore que d’un unique hôtel et d’une auberge. La capacité d’accueil étant limitée, nombre de touristes étaient obliges de rebrousser chemin jusqu’à Mokolo et même jusqu’à Maroua, pour trouver une chambre libre. Depuis 5 ans, on compte 2 établissements supplémentaires, confortables et accueillants. Les problèmes d’électricité demeurent néanmoins fréquents et il n’est pas rare de devoir recourir aux vieilles lampes à pétrole. La nature frondeuse de la ville lui vaut quelques désagréments, notamment avec le pouvoir de Yaoundé et les compagnies nationales.