Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

24 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Le régime de l’affichage en campagne (...)

Le régime de l’affichage en campagne électorale

mercredi 19 octobre 2011

Le régime de l’affichage en campagne électorale
Le visiteur qui arrive à Douala pour la première fois, pense que la campagne électorale pour la présidentielle bat son plein. Car sur tous les principaux axes de la capitale économique, l’affichage, l’un des supports de communication le plus utilisés pas les 23 candidats en lice pour la présidentielle du 9 octobre dernier, est visible partout. Des panneaux 4x3m, 6x3m, 120x103cm, 40x60cm, tous les formats sont encore là, tous neufs portant les sourire flatteur des candidats avec une part belle aux visuels de Paul Biya du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).
Si quelques affiches du Rdpc ont été vandalisées, plus de ma majorité sont encore intactes et plonge la capitale économique, comme les autres villes du pays dans un air de campagne électorale. Pourtant le scrutin a déjà eu lieu, mettant cet affichage hors normes.
La loi N° 2011/002 du 06 mai 2011 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi N° 92/010 du 17 septembre 1992 fixant les conditions d’élection et de suppléance à la présidence de la République. Stipule dans son article 65 alinéa 1 que : « la campagne électorale est ouverte à partir du quinzième jour qui précède le scrutin. Elle prend fin la veille du scrutin à minuit. »
Dans les faits, la campagne pour l’élection présidentielle du 9 octobre 2011 a débuté le 24 septembre dernier et a pris fin le 8 octobre 2011 à minuit, sur toute l’étendue du territoire camerounais. Alors que l’élection a eu lieu, dimanche dernier. Or après la fin de la campagne présidentielle et après le vote, les villes camerounaises reste envahies par les affiches des 23 candidats à la magistrature suprême, dont les résultats restent toujours attendus.
Ainsi à proximité des bureaux de vote, des bureaux des arrondissements, districts et communes et même ailleurs, notamment pour le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) du candidat Paul Biya, les affiches des postulants à la dernière élection présidentielle sont omniprésentes.
Alors que la loi des délais d’affichage publicitaire stipule dans son article 6 que : « la campagne d’affichage publicitaire au compte de l’élection présidentielle débute à l’ouverture officielle de la campagne électorale, et prend fin au terme de ladite campagne. » Ainsi depuis lundi dernier, lendemain du vote, les affiches des 23 candidats à l’élection présidentielle camerounaise devaient donc être retirées par les autorités administratives des emplacements où elles sont collées, dans les différentes villes et localités du pays.
Or, tel n’est pas le cas. Puisqu’en parcourant les rues de ces villes et localités du Cameroun, on a l’impression d’être en pleine campagne électorale, qui s’est pourtant achevée depuis le 8 octobre 2011 à minuit.
Jacques Eric ANDJICK