Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

19 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Kolofata : L’épouse d’Amadou Ali enlévée

Kolofata : L’épouse d’Amadou Ali enlévée

dimanche 27 juillet 2014

Acte de guerre à Kolofata. A deux jours de la fête du ramadan, une occasion que les élites du Nord Cameroun, de croyance musulmane, ne ratent pas pour aller fêter au village, La secte Boko Haram a opéré une double attaque dans la localité de Kolofata, localité proche de la frontière du Nigéria, dans la matinée du dimanche. Vers cinq heures du matin, il y a eu « deux attaques simultanées » visant le palais du sultan de Kolofata et le domicile du Vice Premier Ministre, Ministre Délégué à la Présidence, en charge des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali. En l’absence de ce dernier, son épouse a été enlevée et son aide de camp a été tué dans la foulée. La famille de Amadou Ali s’est rendue à son village pour la fête du Ramadan. Son aide de camp depuis quelques jours faisait des aller et retour pour préparer la venue ce dimanche de Amadou Ali qui était encore à Maroua, indique un proche de l’ex ministre de la Justice garde des sceaux. Six(6) personnes ont trouvé la mort au cours de cette double attaque. L’épouse du vice premier Ministre Amadou Ali a été enlevée. Le maire de Kolofata, Seini Boukar Lamine, ingénieur agronome, également Lamido (chef spirituel et temporel ) de céans,a été enlevé. Les éléments infiltrés de Boko Haram ont également enlevé son épouse, quatre de ses enfants et sa nièce.

Les avions de chasse sont entrés en scène. Il y a eu des bombardements dans la zone. La situation est extrêmement tendue actuellement dans l’extrême-nord du Cameroun où les islamistes nigérians multiplient des attaques contre des militaires et des civils.

14 islamistes de Boko Haram condamnés à de la prison vendredi

Il ne faut pas oublier que cette attaque musclée intervient au lendemain de la condamnation de 14 membres de la secte. En effet, le Cameroun, comme d’autres pays de la région, a renforcé récemment sa lutte contre Boko Haram, après l’indignation internationale qui avait suivi l’enlèvement de plus de 200 lycéennes nigérianes le 14 avril. C’est dans ce contexte que quatorze islamistes du groupe armé ont été condamnés vendredi à des peines de prison ferme allant de 10 à 20 ans par la justice militaire camerounaise, selon la radio-télévision d’Etat camerounaise (Crtv).

Les islamistes de Boko Haram ont longtemps considéré cette région frontalière comme un refuge, une zone propice aux enlèvements d’étrangers, mais aussi un territoire de transit et d’approvisionnement en armes et explosifs. Depuis 2009, les insurgés de Boko Haram mènent au Nigeria une sanglante insurrection qui a fait des milliers de morts (plus de 2.000 depuis début 2014) et qui déborde sur les pays voisins.

Emeran Atangana Eteme