Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

35 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > La nuit de sommeil idéale dure 7 heures

La nuit de sommeil idéale dure 7 heures

dimanche 27 juillet 2014

À notre époque de sollicitations quasi permanentes et de bombardement d’informations, on se plaint souvent de ne pas dormir assez. Mais dormir trop longtemps peut être à terme mauvais pour la santé.

Nous l’avons tous entendu au moins une fois : il faudrait, pour rester en bonne santé et éviter la fatigue chronique, dormir huit heures par nuit. Mais ce chiffre est désormais battu en brèche, suite à la publication récente d’une étude de l’université de Warwick, portant sur un peu moins de 9000 personnes, et qui montre clairement que les personnes âgées de 50 à 64 ans qui dorment plus de huit heures par nuit (ou moins de six heures) ont davantage de troubles de la mémoire et de difficultés à prendre des décisions.

C’est vrai aussi dans la tranche d’âge des 65-89 ans, chez lesquels les capacités cognitives ne sont cependant réduites qu’en cas de nuits trop longues.

L’homme préhistorique dormait-il sept heures et quart par nuit ?

Une autre étude, publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, ajoute un argument de poids à la thèse selon laquelle nous n’avons sans doute pas besoin d’autant de sommeil que nous le croyions.

En plaçant cinq adultes pendant deux mois dans des conditions « préhistoriques » (sans réveil ni montre, sans électricité ni eau courante) les scientifiques ont constaté qu’ils dormaient en moyenne une heure et demie de plus que d’habitude et s’endormaient deux heures plus tôt. Mais ils ne dormaient au final que 7 heures et quart par nuit !

Un mode de vie bien plus confortable

Ce qui tend à prouver que nous dormons sans doute plus que nous n’en avons besoin. Nous nous serions en réalité persuadés que nous manquions de sommeil, comme l’explique le professeur Jim Horne, neuroscientifique spécialiste du sommeil, en poste à l’université de Loughborough, en Angleterre.

Selon lui, loin d’être épuisés, nous vivons dans une époque où, sur le plan du sommeil, « les circonstances n’ont jamais été aussi favorables ». À l’inverse de l’ouvrier d’il y a 150 ans, qui travaillait dur 14 heures par jour, six jours par semaine et rentrait se coucher le soir dans un lit plein de puces qu’il devait souvent partager avec toute sa famille, nous dormons pour la plupart dans des conditions parfaitement satisfaisantes, qui rendent notre sommeil plus réparateur. Entre sept heures et sept heures et demie par nuit

Depuis 40 ans, plusieurs études de grande envergure ont cherché à savoir combien d’heures par nuit nous dormions. Les résultats montrent qu’un adulte en bonne santé dormait entre sept heures et sept heures et demie par nuit, pas davantage.

Le professeur Horne, auteur d’un livre sur la science du sommeil, ajoute d’ailleurs que l’idée selon laquelle nos ancêtres dormaient environ neuf heures par nuit n’était qu’un mythe. Il se réfère en cela à une étude californienne de 1913 qui avait montré que les enfants de 8 à 17 ans dormaient pendant neuf heures. Les enfants, oui, mais pas les adultes !

« Les dangers supposés que causerait le manque de sommeil sont largement exagérés. En réalité, le plus gros danger, si l’on ne dort pas assez, est d’avoir un accident en s’endormant au volant », explique-t-il encore.

Les femmes ont besoin de plus de sommeil que les hommes

Et savez-vous qui, des hommes ou des femmes, ont besoin des nuits les plus longues ? Les femmes ! En effet, nos cerveaux ont besoin de davantage de repos pour compenser notre mode de vie souvent multitâche.

Les scientifiques de l’université de Duke, en Caroline du Nord, ont d’ailleurs montré que les femmes qui ne dormaient pas suffisamment souffraient davantage de dépression et étaient plus irritables que la moyenne.