Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

9 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > le yaourt protègerait les neurones contre la maladie de Parkinson

le yaourt protègerait les neurones contre la maladie de Parkinson

vendredi 15 août 2014

Le D-lactate et le glycolate pourraient augmenter la survie des neurones. Une découverte qui pourrait faire avancer la recherche contre les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson.

Le yaourt pourrait-il prévenir la maladie de Parkinson ? Des chercheurs de l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste, à Leipzig, en Allemagne, se sont rendu compte que le D-lactate et le glycolate, deux substances naturellement présentes dans certains yaourts, ont la capacité de ralentir voire de stopper le processus de destruction des neurones, associée à la maladie de Parkinson. Cette pathologie dégénérative se caractérise par la mort lente et progressive de neurones du cerveau.

Les cellules nerveuses atteintes par la maladie se situent dans la "substance noire", une petite structure située au centre du cerveau. L’activité mitochondriale des neurones cesse alors, marquant leur disparition. Ce processus complexe crée alors un déséquilibre à l’origine de la perte progressive du contrôle des mouvements. La pathologie se manifeste alors par des gestes rigides, des tremblements et une perte de coordination.

Le dysfonctionnement des mitochondries, est en effet soupçonné en effet de jouer un rôle dans la survenue de la maladie de Parkinson. La perturbation de ces "usines énergétiques" des cellules nuirait à la survie des neurones.

Les chercheurs allemands ont découvert que le D-lactate et glycolate, parvenaient à sauvegarder l’activité des mitochondries, empêchant de fait la dégénérescence des neurones impliquée dans la maladie de Parkinson. L’expérience a été faite sur des cellules de C. elegans. Ces vers sont couramment utilisés par les scientifiques comme modèles en biologie moléculaire et spécifiquement pour étudier le vieillissement et la mort cellulaire (l’apoptose).