Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

14 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Coupe du monde 2014 : le roi est nu

Coupe du monde 2014 : le roi est nu

mercredi 9 juillet 2014

Coupe du monde 2014 : Le roi du football le Brésil, est nu, humilié par l´Allemagne L’Allemagne (7-1) LeBrésil a été humilié devant son public (7-1) mardi soir en demi-finale de la Coupe du monde. Le plus laid match de cette compétition qui ressemblait à un match d’un petit village comme Minkama dans l’Arrondissement d’Obala.

Sans Neymar, blessé, et sans Thiago Silva, suspendu, la Seleçao a pris l’eau de toutes parts au stade Mineirão de Belo Horizonte acquis prèsque. Tout s’est passé comme dans ce conte d’Andersen.Un empereur aimait par-dessus tout être bien habillé. Il avait un habit pour chaque heure du jour.

Un beau jour, deux escrocs arrivèrent dans la grande ville de l’empereur. Ils prétendirent savoir tisser une étoffe que seules les personnes sottes et incapables dans leurs fonctions ne pouvaient pas voir et proposèrent au souverain de lui confectionner des vêtements. L’empereur pensa que ce serait un habit exceptionnel et qu’il pourrait ainsi repérer les personnes intelligentes de son royaume. Les deux charlatans se mirent alors au travail. Quelques jours plus tard, l’empereur, curieux, vint voir où en était le tissage de ce fameux tissu. Il ne vit rien car il n’y avait rien. Troublé, il décida de n’en parler à personne, car personne ne voulait d’un empereur sot.

Il envoya plusieurs ministres inspecter l’avancement des travaux. Ils ne virent pas plus que le souverain, mais n’osèrent pas non plus l’avouer, de peur de paraître pour un imbécile. Tout le royaume parlait de cette étoffe extraordinaire. Le jour où les deux escrocs décidèrent que l’habit était achevé, ils aidèrent l’empereur à l’enfiler.

Ainsi « vêtu » et accompagné de ses ministres, le souverain se présenta à son peuple qui, lui aussi, prétendit voir et admirer ses vêtements. Seul un petit garçon osa dire la vérité : « Mais il n’a pas d’habit du tout ! ». [ou dans une traduction plus habituelle : « le roi est nu ! »]. Et tout le monde lui donna raison. L’empereur comprit que son peuple avait raison, mais continua sa marche sans dire un mot.

Comme le roi d’Andersen, lors du match d’ouverture de la Coupe du monde Brésil-Croatie, le roi Brésil s’est vu accorder un pénalty qui n’en était pas un, par « un de ses ministres », à savoir M. Yuichi Nishimura, l’arbitre japonais qui a assurément manqué son match. En choisissant de désigner le point de penalty tandis que Fred s’écroulait dans la surface devant Lovren (69e), le sifflet nippon a commis une erreur lourde de conséquences. Le penalty qui s’en est suivi, transformé par Neymar, a permis au Brésil de prendre un avantage décisif. La Croatie, par ailleurs a été lésée sur ce but égalisateur de Perisic invalidé pour une faute présumée d’Olic sur Julio César. L’illusion n’a pas duré ; en demi finale, la "Mannschaft" à vite fait de déshabiller le roi Brésil, briser son mythe de l’invincibilité ou du moins, sa réputation de champion du football, établie au long des décennies et qui a traversé un siècle. Après un but de Müller dès la 11e minute, puis deux autres en six minutes, de la 23e à la 29e, une pluie de buts va se mettre à tomber dans les filets brésiliens tandis qu´une autre pluie de larmes arrosait les yeux et les joues des supporters brésiliens. Au final, 7-1 en faveur de l´Allemagne. Rien de bien grave, tout de même, pourvu que le roi se rende compte qu’il est nu, que le football mondial, tels les régimes politiques, est en train de se démocratiser en faveur des plus petits que les rois et vice rois qu’étaient jusque là le Brésil et l’Espagne, que tout réside dans l’art de savoir se relever lorsqu’on est tombé. C’est cela que les psychologues appellent la résilience, et qui tient a un message d’espoir, depuis le livre célébrè de Boris Cyrulnik "Un merveilleux malheur" (Éditions Odile Jacob). Selon Cyrulnik, le malheur n’est pas une destinée, rien n’est irrémédiablement inscrit, on peut toujours s’en sortir .

Emeran Atangana Eteme