Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info
Newsletter

Visitez le nouveau site web

atangana-eteme-emeran.info


Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

6 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > > Cameroun : Les députés réclament l’augmentation de leurs salaires

Cameroun : Les députés réclament l’augmentation de leurs salaires

mercredi 9 juillet 2014

Assemblee nationale du Cameroun L’adoption de la loi portant règlement intérieur de la chambre dans l’impasse.Les propositions de loi portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale court le risque de ne plus être renvoyé à la Commission des lois constitutionnelles, par le groupe parlementaire Rdpc. Ce groupe a mandaté six députés pour défendre les trois propositions de lois qu’il a introduites à l’Assemblée nationale. Il s’agit entre autres de Gaston Komba, Joseph Kankeu, Théophile Baoro et de Rosette Julienne Moutymbo Epse Ayayi. Deux des propositions de lois seront adoptées en plénière ce jour.

En effet, le mercredi 2 juillet 2014, la commission des lois constitutionnelles débute ses travaux par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. D’après ses membres, elle va éclater au niveau de l’exposé des motifs. Un motif pour Zondol Hersessé, président de la commission en question, après un débat houleux, de le renvoyer vers le groupe parlementaire Rdpc pour complément d’informations. «  L’exposé des motifs ne satisfait pas à une révision totale du règlement intérieur », indique Mbah Ndam, député Sdf, membre de cette commission, ce que confirme, Mbanya Bolévie, député Sdf. Tous deux disent ne pas connaitre la pomme de discorde entre les députés Rdpc. « C’est ce désagrément entre eux qui fait trainer les travaux », ajoute Mbah Ndam.

Désagrément

Si le désagrément entre le groupe parlementaire Rdpc et ses députés, au sujet du règlement intérieur plombe le travail de la commission des lois constitutionnelles, il se peut que l’objet de ce désagrément soit approuvé par certains députés des autres partis. Notamment le traitement du député, en ce qui concerne son salaire et ses indemnités, la navette parlementaire, le nombre session annuelles, l’absence aux sessions et le mode de « votation ».

Les sanctions contenues dans la proposition de loi portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale en cas d’absence sans excuses, trois fois consécutives, aux sessions et séances plénières d’un député, créé une grogne silencieuse à l’Assemblée nationale. Les articles 100 et 101 du texte contribuent, selon nos sources, au blocage au sein de la commission. Les sanctions proposées mettent en colère les députés. Ces sanctions vont du constat de démission à la perte de la moitié de ses indemnités législatives. Or, ces indemnités et salaires, les députés la trouvent insignifiants et souhaitent qu’ils soient conformes à ceux des pays de la Cemac.

« Nous sommes très mal payer par rapport à nos collègues parlementaires des pays de la sous région. Notre base salariale est de 285 000Fcfa alors qu’ils en ont une allant jusqu’à un million Fcfa. Pour les crédits automobiles c’est la catastrophe  ! Quelle voiture 4X4 neuve peut-t-on acheter avec 8 millions Fcfa ? », lance énervé, sous anonymat, un député Rdpc. Autre raison du blocage, le nombre de sessions parlementaires annuelles. Certains veulent qu’on révise la Constitution afin d’allonger la durée de session de 45 ou 60 jours ou de fixer à quatre le nombre de sessions annuelles.

Si la révision du règlement intérieur de l’Assemblée nationale vise aussi à l’harmoniser avec le décret de 2007 portant régime financier de l’Etat, il n’en demeure pas moins que la désignation des rapporteurs spéciaux fait débat dans le Rdpc. Pour les uns, il ne faudrait pas les choisir dans la commission des finances. Pour d’autres, par contre, il faudrait laisser les questeurs jouer ce rôle parce qu’ils le font déjà à l’Assemblée nationale. source© Mutations : Pascal Dibamou